Les Nouvelles de la Colline

et le naufrage m'est doux dans cette mer. (G.L.)

samedi 29 novembre 2008

où Phil harmonise

----- Message -----
Phil a écrit samedi 29 novembre 2008 à 08:14 am
Objet : résilient

VIKTOR VAVITCH
De Boris Jitkov
Calmann-Lévy éditeur.

Avec quelque retard sur l’actualité éditoriale, les « Nouvelles de la colline » veulent attirer votre attention sur un solide pavé écrit dans les années trente par un obscur écrivain russe, refusé par la censure stalinienne et miraculeusement redécouvert à la fin du siècle dernier. Viktor Vavitch, héros éponyme du roman de Boris Jitkov, est devenu en moins d’une dizaine d’année une figure de référence au-delà de la culture russe. Miroir de toutes les contradictions du XX° siècle, Viktor et la multitude de personnages qui donnent sens à l’effervescence obscure de la révolution de 1905, couturière de la grande année 17, revivifient surtout la grande tradition du roman russe dans une forme épurée. Dans la lignée des œuvres profuses de Tolstoï et Dostoïevski, Jitkov nous offre un prototype brillant, anticipant discrètement l’atonie moderniste. Style, construction et moyens donnent au récit une vie quasi cinématographique. C’est peu dire qu’on se régale. Mais si nous vous parlons aujourd’hui de cette indispensable lecture, c’est pour remarquer que l’éditeur, maison ancienne et prestigieuse, a le concours du "CNL" pour cette publication. 741 pages de bonheurs ont besoin de l’aide des pouvoirs publics pour être proposé au public au même prix qu’une brève diarrhée d’une certaine Christine A. C’est déjà inquiétant. Et lorsqu’on songe que notre omniprésident se gausse de « La princesse de Clèves », on se dit que les futurs classiques du siècle qui s’ouvre auront bien de la peine à se faire entendre. On vous tiendra au jus.

Hasta siempre !
Phil

Posté par nouvdelacolline à 08:38 - Phil'Chronic - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire