Les Nouvelles de la Colline

et le naufrage m'est doux dans cette mer. (G.L.)

mercredi 3 décembre 2008

Maggy ? Ronald ? c'est qui ?

----- Message -----
Phil
a écrit mardi 02 décembre 2008 à 22:05 pm
Objet : massif et cheap

BOOKS n°1
L’actualité par les livres du monde
Bimestriel
En kiosque.

Avec un tel sous-titre, aux « Nouvelles de la Colline » on ne pouvait qu’être curieux d’un nouveau magazine promettant de flatter notre fibre internationaliste. D’autant que ce numéro inaugural est proposé au prix d’appel de 3 euro, argument décisif en ces temps de crise.

C’est elle d’ailleurs qui fait le gros titre de la couverture sous l’intitulé alléchant de « l’effet Panurge ».

Le dossier se révèle décevant. La discussion s’organise autour d’une analyse en termes de sociologie comportementaliste appliquée à l’économie, d’où il ressort implicitement que le marché ne saurait avoir tort et que l’homme est faillible. On notera sans surprise que tous les contributeurs appartiennent à l’école anglo-saxonne.

Cerise sur le gâteau, le dossier s’achève par un article ambigu sur le krach des tulipes de 1637, premier phénomène désastreux du capitalisme financier. Un distingué professeur britannique nous laisse entendre confusément que les conséquences matérielles du krach furent moins graves que la polémique qu’il souleva et l’image qu’il laissa à la postérité. Pour le moins audacieux aux vues des arguments avancés.

Le reste du magazine est à l’avenant; le patron des bibliothèques d’Harvard vantant les vertus de Google et de l’édition en ligne, la dissidence en Corée du Nord et, actualité oblige, un article très daté (1965) de Edmund Leach sur le mythe Levi-Strauss.

C’est pétrifiant. Et le premier choc passé, on comprend qu’on a entre les mains un magazine grand public (c’est eux qui le disent) destiné à un lectorat néo-conservateur, à tendance libérale, heureux de se familiariser avec le vocabulaire des élites anglo-saxonnes. L’ambition, si tant est qu’on puisse ainsi la qualifier, est de s’inscrire en face des publications référentielles de l’intelligentsia de gauche.

Tout le reste n’est qu’habillage marketing, grand avatar de la culture américaine.

Prêts pour le grand bond en arrière ? Avec BOOKS, les mânes de la Dame de fer et de Reagan veillent pour vous.

Phil

PS: nos lecteurs attentifs auront sans doute remarqué la puissante campagne d’affichages qui a accompagné le lancement de ce magazine; pour les hérauts de l’acculturation, il n’est pas besoin de subvention.

 

Posté par nouvdelacolline à 09:56 - Phil'Chronic - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    super

    Bonjour, j'aime beaucoup ton blog...

    A bientôt

    Posté par nanardbe, mercredi 3 décembre 2008 à 10:15

Poster un commentaire